Les langues étrangères

Enseigner les Langues Etrangères – Le Silent Way

Le Silent Way est une approche pédagogique élaborée par Caleb Gattegno pour l’enseignement des langues : son objectif est de rendre les apprenants autonomes.

 

Une approche centrée sur l’apprenant

Le nom même de Silent Way met en valeur le fait que l’enseignant reste silencieux, autant que possible, durant son cours ; il n’est pas là pour transmettre des connaissances ni pour donner des modèles ou des réponses.

En revanche, il intervient s’il le juge nécessaire pour attirer l’attention des apprenants sur leur manière d’entrer en contact avec l’apprentissage qu’ils cherchent à mener à bien.

S’appuyant a priori sur les compétences, les capacités et les expériences des apprenants, l’enseignant s’attache donc à faire en sorte qu’ils puissent faire des découvertes, prendre conscience des faits de langue, établir des critères de justesse, s’entraîner, acquérir un savoir-faire et surtout, devenir autonomes dans leur apprentissage pour le devenir dans la langue.
 En parlant peu, l’enseignant se donne par ailleurs les moyens d’avoir, à chaque instant, une meilleure écoute et une plus grande disponibilité vis-à-vis des apprenants et de leur travail.
 L’enseignant reste le garant – indispensable – de l’exactitude de la langue (sons, prosodie, mais aussi lexique, syntaxe, niveau de langue…) et de son adéquation à la situation.

 

Un matériel aussi ludique que performant

Disponible pour l’allemand, l’anglais, l’espagnol, le français et le japonais (et en prototype pour beaucoup d’autres langues), le matériel se présente ainsi :

Le tableau sons/couleurs – un tableau de rectangles de couleurs différentes, chaque couleur correspondant à un son de la langue. 
Pour un travail très fin sur les distinctions phonétiques et prosodiques de la langue étudiée, tant au niveau de la production qu’au niveau de l’écoute et de la reconnaissance.

Les tableaux de mots écrits dans les mêmes couleurs que le tableau de rectangles. 
Ceux-ci contiennent le vocabulaire structural de la langue, environ 500 mots. L’utilisation de la couleur permet de lire directement et de prononcer correctement des langues aussi différentes que le japonais ou le russe, qui utilisent des signes inconnus des apprenants.

Le Fidel (tableaux d’orthographe), ensemble de tableaux qui affichent toutes les orthographes possibles de chaque son de la langue avec le même code de couleurs que celui du tableau de rectangles. 
Le Fidel est particulièrement utile lorsque la langue étudiée pose des problèmes d’orthographe, comme le français et l’anglais.

Les réglettes Cuisenaire de différentes couleurs qui servent à créer des situations claires qui vont aider les apprenants à comprendre comment tel ou tel concept est exprimé dans la langue étudiée.

Les images Silent Way, de la même taille que les tableaux, représentant des scènes de la vie courante. 
Dépouillées, elles invitent les apprenants à utiliser leur imagination pour avancer des interprétations. Elles servent ainsi à introduire le vocabulaire usuel et peuvent constituer un point de départ à des histoires créées par les apprenants ou à susciter des discussions.

Le pointeur, avec lequel l’enseignant ou l’apprenant peuvent montrer un mot ou une phrase tout en maintenant la caractéristique essentielle de la langue – sa qualité éphémère. Le pointeur crée la dynamique de la langue en introduisant l’élément du temps à partir des différents tableaux qui, eux, sont statiques.

 

Un enseignement sans cesse « réinventé »

Aucun cours Silent Way ne ressemble vraiment à un autre car, dès le départ, le contenu dépend du savoir-faire « ici et maintenant » des apprenants qui sont « ici et maintenant ».

Un cours de niveau débutant ou élémentaire peut commencer par un travail en parallèle sur les éléments de base : les sons, la prosodie de la langue et la construction des phrases. Les matériels décrits ci-dessus sont fréquemment utilisés. Dans les tout premiers cours, l’enseignant propose les situations sur lesquelles les élèves travaillent mais, très vite, les élèves eux-mêmes inventent de nouvelles situations en utilisant les réglettes, mais aussi les événements de la classe et de leurs propres vies, personnelles ou professionnelles.

Dans un cours avancé, les élèves peuvent par exemple être invités à discuter entre eux sur un sujet de leur choix. Le travail alors se fait sur les erreurs, les « cadeaux de l’élève à la classe », comme se plaisait à les nommer Gattegno. L’enseignant ne corrige pas les erreurs mais aide les élèves à le faire eux-mêmes en les encourageant à discuter le problème, à chercher d’autres exemples similaires ou contraires.

Car donner aux apprenants la possibilité d’explorer et d’exploiter leurs erreurs et leurs difficultés leur permet de travailler à la fois sur la langue et sur leur fonctionnement propre en tant qu’apprenant et favorise la confiance et l’enrichissement de leurs savoir-faire. Ceci est une expérience intéressante en elle-même comme en témoigne la participation intense des élèves dans un cours Silent Way.

Le plaisir que les élèves trouvent alors ne dépend pas des activités extérieures au travail linguistique proprement dit, telles que chansons, jeux de rôles et autres jeux, mais de la découverte de soi à travers le déploiement de ses capacités mentales dans l’apprentissage de la langue elle-même.

Pour les enseignants, le plaisir réside dans le fait d’être continuellement « sur le qui-vive » et d’offrir à chaque élève un défi linguistique à sa portée.

 

Plus d’informations sur le Silent Way

Articles en français au sujet du Silent Way :
Expliquer les concepts qui sous-tendent le Silent Way – Patricia Benstein
Un pas supplémentaire pour être plus libre dans l’apprentissage de l’anglais – Andrew Weiler

Livres à feuilleter en ligne
La science de l’éducation Chapitre 13: L’apprentissage et l’enseignement des langues étrangères
Teaching Foreign Languages in Schools The Silent Way
The Common Sense of Teaching Foreign Languages

Livre en français publié par UEPD
De L 1 et L 2 : de l’apprentissage des langues, transcriptions du séminaire (1984) Caleb Gattegno

Menu